Jean-Marie Guyau

Origem: Wikipédia, a enciclopédia livre.
Ir para: navegação, pesquisa

Jean-Marie Guyau (Laval, 28 de Outubro de 1854Menton, 31 de Março de 1888) foi um filósofo e poeta francês, por vezes considerado como o Nietzsche francês.

Biografia[editar | editar código-fonte]

Jean-Marie Guyau foi filho de Augustine Tuillerie, autora da obra Tour de la France par deux enfants, publicada em 1877 sob o pseudónimo G. Bruno, uma referência a Giordano Bruno, casada em segundas núpcias com o filósofo Alfred Fouillée[1] .

Apaixonado pela poesia e pela filosofia, Guyau estudous os grandes clássicos, com uma preferência marcada pela obra de Victor Hugo, Pierre Corneille, Alfred de Musset, Epicteto, Platão e Emmanuel Kant. Licenciado em letras aos 17 anos de idade, traduziu o Manual de Epicteto.

Rendeu-se ao estoicismo, que inspiraria a sua resistência sorridente à tísica (tuberculose) doença que lhe seria fatal aos 32 anos de idade. Também se deixou seduzir pelos escritos de Herbert Spencer, em especial pela obra Data of Ethics (1879), cujas linhas de força retomaria na sua obra La Morale anglaise contemporaine. Professor no Lycée Condorcet, publicou obras pedagógicas. Quando a doença que o vitimaria se declarou, instalou-se no Midi francês procurando que a ajuda da amenidade do clima, redigindo então numerosas obras de filosofia e de poesia.

A sua principal obra, Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction[2] , profundamente inovadora, aparenta ter impressionado, e sem dúvida influenciado, Friedrich Nietzsche, que cobriria o seu exemplar da obra de Guyau com abundantes notas marginais durante a sua estadia em Nice[3] . Nietzsche comentou e citou abundantemente aquela obra, bem como L'Irréligion de l'avenir, outra importante obra de Guyau, no seu Ecce homo[4] . Da mesma maneira, Henri Bergson, ao ler Vladimir Jankélévitch, retomou em parte as intuiçõpes de Guyau no que respeita à ideia de vida. Piotr Kropotkin refere igualmente Guyau na sua obra A Moral Anarquista, indo ao ponto de se referir a Guyau como o jovem fundador da ética anarquista, ética que define como a ciência da moral das sociedades[5] .

A sua esposa publicou, sob o pseudónimo de Pierre Ulric, curtos romances destinado ao público infanto-juvenil. Jean-Marie Guyau foi o pai do filósofo Augustin Guyau.

Notas

  1. Autor da obra Nietzsche et l'immoralisme.
  2. Traduzida para alemão em 1909 por Peter Gast, um amigo de Nietzsche.
  3. Cf. P. Mauriès, Nietzsche à Nice, Gallimard, 2009.
  4. s:Nietzsche et l’immoralisme/Livre troisième - Les jugements de Nietzsche sur Guyau, d’après des documents inédits.
  5. Piotr Kropotkin, La Morale anarchiste, I.

Obras[editar | editar código-fonte]

Wikisource
O Wikisource contém fontes primárias relacionadas com Jean-Marie Guyau
  • La Littérature chrétienne du IIe au IVe siècle, extraits des Pères de l'Église latine, suivis d'extraits des poëtes chrétiens, Paris : C. Delagrave, 1876, in-16, 294 p.
  • La Morale d'Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines, Paris : G. Baillière, 1878, in-8°, 291 p. Lire en ligne.
  • La Morale anglaise contemporaine, morale de l'utilité et de l'évolution, Paris : G. Baillière, 1879, in-8 , XII-420 p. Lire en ligne.
  • Vers d'un philosophe, Paris : G. Baillière, 1881, in-16, VII-208 p. Lire en ligne.
  • Les problèmes de l'esthétique contemporaine, Paris : F. Alcan, 1884, in-8°, VIII-260 p. Lire en ligne.
  • Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction, Paris : F. Alcan, 1885, in-8 ̊, 254 p. Lire en ligne.
    • rééditions multiples
  • L'Irréligion de l'avenir, étude sociologique, Paris : F. Alcan, 1886, in-8° Lire en ligne.
    • rééditions multiples
  • L'Art au point de vue sociologique, Paris : F. Alcan, 1889, in-8°, XLVII-387 p. Lire en ligne.
    • réédité par Fayard, coll. « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 2001, 508 p., ISBN 978-2213609140
  • Éducation et Hérédité : étude sociologique. Paris : F. Alcan, 1889, XV-304 p., in-8 Lire en ligne.
  • La genèse de l'idée de temps, avec une introd. par Alfred Fouillée, Paris : F. Alcan, 1890. XXXV-142 p. ; in-18 Lire en ligne.
  • Pages choisies des grands écrivains : J. M. Guyau, éd. par Alfred Fouillée, Paris : A. Colin, 1895, XVI-341 p. Lire en ligne.
Livros escolares
  • La première année de lecture courante : morale, connaissances usuelles, devoirs envers la patrie, Paris : A. Colin, 1875, in-16, 336 p. Partie du maître, Paris : A. Colin, 1880, in-18, 466 p.
  • L'Année enfantine de lecture,... Ouvrage composé conformément au nouveau programme de 1882 (cours élémentaire). Paris : A. Colin, 1883, in-18, 120 p.
  • L'Année préparatoire de lecture courante : morale, connaissances usuelles, Paris : A. Colin, 1884, in-18, 216 p.
  • Méthode Guyau. Lecture par l'écriture, Paris : A. Colin, 1893, 2 livrets in-8̊
Traduções
  • Cicéron, Des suprêmes biens et des suprêmes maux. Traduction Desmarais, revue avec introduction et notes, suivie d'éclaircissements relatifs à l'histoire de l'épicurisme, Paris : C. Delagrave, 1875, in-18, XXXII-400 p. Lire en ligne.
  • Manuel d'Épictète, traduction nouvelle, suivie d'extraits des ″Entretiens″ d'Épictète et des ″Pensées″ de Marc-Aurèle, avec une étude sur la philosophie d'Épictète, Paris : C. Delagrave, 1875, in-18, LXVI-211 p.
    • Traduction republiée par les éditions Mille et une nuits, coll. « La petite collection », 2005, 126 p., ISBN 978-2842059033
  • Cicéron, De finibus bonorum et malorum (livres I et II), avec introduction et notes par M. Guyau, Paris : C. Delagrave, 1876, in-18, XXXVI-150 p.
Artigos
  • « L’hérédité morale et M. Spencer », Revue philosophique de la France et de l’étranger, Paris, F. Alcan, pp. 308-315, quatrième année, Tome VII, janvier à juin 1879.
  • « L’origine des religions », Revue philosophique de France et de l’étranger, Paris, F. Alcan, pp. 561-584, quatrième année, Tome VIII, juillet à décembre 1879.
  • « La mémoire et le phonographe », Revue philosophique de France et de l’étranger, Paris, pp.317-322, cinquième année, Tome IX, janvier à juillet 1880.
  • « Critique de l'idée de sanction », Revue philosophique de France et de l'étranger, 1883.
  • « L’évolution de l’idée temps dans la conscience », Revue philosophique de France et de l’étranger, pp.353-359, Paris, dixième année, Tome XIX, janvier à juin 1885.

Bibliografia[editar | editar código-fonte]

  • Michael C. Behrent, Le débat Guyau-Durkheim sur la théorie sociologique de la religion, Archives de sciences sociales des religions no. 142, avr.-juin 2008, 9-26.
  • Ilse Walther-Dulk, Materialen zur philosophie und ästhetk Jean-Marie Guyaus, Verlag die brigantine Hamburg, 1965.
  • Dirk Hoeges, Literatur und Evolution. Studien zur französischen Literaturkritik im 19. Jahrhundert. Taine - Brunetière - Hennequin - Guyau, Carl Winter Universitätsverlag, Heidelberg 1980 ISBN 3-533-02857-7
  • Marco Orru, « The Ethics of Anomie: Jean Marie Guyau and Emile Durkheim » in British Journal of Sociology, Vol. 34, No. 4 (Dec., 1983), pp. 499-518
  • Annamaria Contini, Jean-Marie Guyau, Esthétique et philosophie de la vie, L'Harmattan, 1995.
  • Revue Sociétés n°58, 1997.
  • Jordi Riba, La Morale anomique de Jean-Marie Guyau, L'Harmattan, 1999.
  • Revue Corpus n°46, Jean-Marie Guyau philosophe de la vie, 2004.
  • Aurélien Fouillet, Introduction à la philosophie morale de Jean-Marie Guyau, étude sur l'« Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction », Master 1 soutenu en 2006 à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d'Hélène Politis.
  • Philippe Saltel, La puissance de la vie, essai sur l'Esquisse du morale sans obligation ni sanction de Jean-Marie Guyau, éditions Encres marine, 2008.
  • Josiah Royce, Studies of good and evil : a series of essays upon problems of philosophy and of life, New York et Londres, Appleton, 1915.
  • Ernst Bergmann, Die Philosophie Guyaus, Leipzig, Verlag von Dr. Werner Klinkhardt, 1912
  • Alfred Fouillée, La morale, l'art et la religion d'après M. Guyau, Paris, F. Alcan, 1889.
  • Emile Boirac, « Guyau. La Morale anglaise contemporaine », Revue philosophique de la France et de l’étranger, Paris, Tome 7, Juillet 1879, F. Alcan.
  • Emile Krantz, « M.Guyau. Vers d'un philosophe », Revue philosophique de la France et de l'étranger, Paris, Tome XII, Décembre 1881, pp.650-653.
  • Emile Durkheim, « Analyse de l'Irréligion de l'avenir », Revue philosophique de la France et de l'étranger,1887.
  • Vladimir Jankélévitch, « Deux philosophes de la vie : Bergson, Guyau » (1924), Premières et dernières pages, Paris, Seuil,pp.13-63 1994.
  • Jean-Claude Leroy, « Jean-Marie Guyau, précurseur de l'esthétique moderne », Semiosis, n°91-92, 1998.
  • Annamaria Contini, « Vitalité et socialité de l'art: l'esthétique de Guyau », Sociétés, n°58,1997.
  • Jordi Riba, « La récupération de Guyau par la pensée morale contemporaine : défense de l'anomie », Sociétés, n°58, 1997.
  • Lucien Levy-Brulh, « A propos d'une étude sur Guyau, de Dauriac », Revue philosophique de la France et de l'étranger, 1892.
  • Ilse Walther-Dulk, « Sur Guyau et Nietzsche », Sociétés, n°58, 1997.
  • Hans Huguen Emane-Obame, « La Distinction aristotélicienne άκολασίά-άκρασία et son rapport à la dualité amoralité-immoralité selon Jean-Marie Guyau », Mémoire de Master 2 Philosophie soutenu en septembre 2010 à l'Université Lille 3-Charles de Gaulle, sous la direction de Frédéric Worms.

Ligações externas[editar | editar código-fonte]